Photo @Gettysport

La préparation pour le Giro n’a pas été idéale. Je suis tombé malade durant la fin du Tour de Romandie et j’étais sous antibiotiques avant le début du Giro. Je toussais encore un peu lors des premières étapes mais maintenant je suis presque à 100%. Mais c’était une semaine compliquée et je n’ai pas commencé avec les meilleures sensations.

La 1ère étape était un contre la montre à Bologne avec une montée de 2km à 10%. Je termine loin.
Le début de la 2ème étape s’est déroulé sous la pluie. Heureusement, le temps s’est amélioré pour la 2ème partie de la course. Nous sommes arrivés au sprint malheureusement notre sprinter a crevé à 10km de l’arrivée et n’a pas pu revenir.
La 3ème étape a été marquée par le vent mais il n’y a pas eu de bordure. Encore une arrivée au sprint et Nizzolo termine 5ème. Pour moi, je prends le rythme et les sensations s’améliorent gentiment.
La 4ème étape était très longue 235km. Nous avions beaucoup de vent de face et la moyenne était de moins de 30km/h après 2h de course. C’était une longue journée ! Le final était vallonné et dangereux. Il y a eu une grosse chute à 5km de l’arrivée. J’ai pu l éviter mais le leader de l’équipe, Ben O’connor a cassé son vélo. Je lui ai donné le mien pour qu’il puisse répartir rapidement
GIRO étapes 1-4