Artic Race of Norway

Je participais cette semaine à l’Artic Race dans le nord de la Norvège. J’ai des bons souvenirs sur cette course car en 2017 mon coéquipier Dylan Teuns avait gagné le classement général et j’avais terminé 4ème du classement général en 2018.

La première étape a été très rapide plus de 48km/h de moyenne à l’arrivée! Il y a eu des attaques pendant 80km jusqu’à ce qu’un groupe de 30 coureurs partent dans le premier GPM. Malheureusement j’ai loupé ce groupe. J’avais les jambes pour suivre mais j’étais un peu à l’arrière du peloton pour récupérer. Les échappés ont très bien roulé et ils terminent avec 16min d’avance sur le peloton. Cummings a essayé d’attaquer dans le final mais il s’est fait reprendre à 100m de la ligne.

La 2ème étape a été un peu plus calme seulement 46km/h de moyenne 🙂 Une étape plate qui se termine au sprint.

La 3ème étape était vallonnée avec une arrivée très dure 3,5km à 12% de moyenne. La journée s’est bien passée pour moi. Je suis bien monté la dernière bosse. Je termine 43ème de l’étape.

La dernière étape a également été très rapide, plus de 46km/h de moyenne. J’ai fait beaucoup de travail pour Gasparotto et Cummings jusqu’au circuit final à 30km de l arrivée avant de me faire lâcher. Il termine 9 et 10ème au classement général. C’est une bonne semaine de course pour nous même si on aurait aimé garder le maillot de meilleur grimpeur que Cummings portait depuis le premier jour. Malheureusement, il n’a pas marqué de point lors de cette dernière étape. Dommage, car le vainqueur reçoit 500kg de saumon.

Ma prochaine course sera le GP de Plouay le 1er septembre.

Adriatica Ionica étape 2-4

La 2ème étape était la plus dure de cette course par étape avec 4 cols et plus de 4000m de dénivelé. Le peloton a déjà explosé dans le 2ème col. Les sensations étaient plutôt bonnes et j’ai lâché dans le 3ème col. Je me suis retrouvé dans un groupe d’une dizaine de coureurs jusqu’au pied de la dernière montée. Je termine 17ème de l’étape. Et je reviens à la 14ème place au classement général. J’ai eu de la chance avec la météo. J’ai eu une averse au sommet du 3ème col. Les derniers coureurs de la course ont eu la grêle! Ils ont dû s’arrêter et faire la descente dans les voitures. Chose que je n’avais encore jamais vue dans ma carrière.

La 3ème étape était vallonnée. Le rythme était élevé dans les dernières ascensions et nous étions plus qu’une trentaine de coureurs pour l’arrivée qui était jugée après une montée de 2km. Je termine 12ème de l’étape, une jolie place sur cette arrivée difficile.

La dernière étape était courte et assez plate. Nous sommes passés entre les gouttes et l’arrivée s’est jouée au sprint. Je termine dans le peloton et je reste 14ème au classement général. C’était une bonne course de reprise après une pause à la suite du Giro.

Le week end prochain, je vais participer à la Classica San Sébastian et ensuite à l’Artic Race en Norvège.

Adriatica Ionica

Après une bonne période d’entraînement, je reprends la compétition en Italie sur une nouvelle course par étape : Adriatica Ionica.

Nous avons commencé par un critérium qui ne comptait pas pour le classement général. J’ai roulé à l’avant de la course pendant les 3/4 de la course ce qui m’a permis de gagner le maillot du coureur le plus combatif. Malheureusement, nos sprinters n’ont rien fait au sprint.

La première étape était très technique avec 6 secteurs en gravier. Il y a eu beaucoup de chute et de problème technique. J’avais de bonne sensations et j’ai passé tous les secteurs à l’avant du peloton. Dans l’avant dernier secteur nous avons roulé très vite nous étions plus que 22 coureurs et nous avons rapidement creusé l’écart sur le peloton. J’ai crevé à 15km de l’arrivée sur la route!! Le dépannage neutre a pris beaucoup de temps à changer ma roue et je suis reparti en même temps que le 2ème groupe. C’est vraiment rageant car j’avais passé toutes les difficultés et j’aurais pu faire une bonne place sur l’étape et au classement général.

Danilo à l’avant du peloton lors du critérium. @gettysport

Championnat Suisse 7ème

Après 1 mois sans compétition, je courais aujourd’hui aux championnats Suisses. C’est toujours une course spéciale et tactique car nous ne sommes pas autant de coureurs que sur les autres courses World Tour et la stratégie et toute différente.

Les sensations étaient bonnes malgré la chaleur. Après 20km de course, j’ai attaqué mais je n’ai pas réussi à revenir sur l’échappée. J’ai fais environ 20km en “chasse patate” avant de me relever et d’attendre le peloton. L’équipe Groupama assurait la poursuite et le peloton diminuait petit à petit. A 50km de l’arrivée, Reichenbach et Pellaud ont attaqué dans la bosse personne n’a réussi à suivre et on n’a jamais réussi à revenir. J’arrive dans un groupe de 8 coureurs pour la 3ème place. Je n’ai pas bien géré mon sprint. Et je termine 7ème. Dommage, il y avait mieux à faire. Mais je suis satisfait de ma course. Après avoir fais un gros effort au début de course j’étais toujours bien dans le final. Bravo à Seb qui est le 4ème romand à gagner le titre en 5ans.

Ma prochaine course sera Adriatica Ionica. Une course par étape en Italie qui se déroulera fin juillet.

Fin du Giro

Photo @gettysport

La 16ème étape a été modifiée à cause de la neige. Les organisateurs ont supprimé le col du Gavia à cause d’un risque d’avalanche important. Le nouveau tracé comptait quand même 195km et 4900m de dénivelés! La journée de repos m’a permis de récupérer et les sensations étaient bonnes sur la première partie de l’étape. Il a commencé à pleuvoir dans le col du Mortirolo. La température était de 4 degrés au sommet et j ai souffert du froid dans la descente.
La 17ème étape était également difficile (comme toute la 3ème semaine). 180km et 3500m de dénivelés. Encore une étape très rapide. Le Mortirolo a laissé des traces. Je me sentais vraiment vidé et fatigué. Je termine dans un grupetto et je me rends compte que tout le monde est cuit.
La 18ème étape de 220km était la dernière chance pour les sprinters. Un groupe de 3coureurs est parti après 1h de course à 48km/h de moyenne. Nous avons roulé pour Ryan Gibbons le jeune sprinter de l’équipe. Un des échappé a réussi à résister au retour du peloton et Ryan termine 5ème de l’étape.
La 19ème etape a été plus calme que prévue. L’échappée et partie dès le départ. J’ai passé la journée à essayer de récupérer pour la grosse étape de montagne du lendemain.
La 20ème étape comptait 195km, 5cols pour plus de 5500m de dénivelés. C’était l’étape reine de ce Giro. Le peloton a explosé dès la première ascension après 8km de course. Les sensations étaient bonnes au début de course. J’étais dans un bon groupe juste derrière le peloton. J’étais bien fatigué dans les 2derniers cols mais dans l’ensemble cette grosse étape s’est bien passée.
21ème etape. Contre-la-montre de 17km à Vérone qui se termine dans les arènes. En 2010, j’ai terminé mon premier Giro sur un parcours quasiment identique. C’était un bon souvenir de se retrouver dans ces arènes 9ans après. Mon chrono était moyen. Je suis vraiment fatigué et pas vraiment concentré à 100%.
Maintenant je vais me reposer et ensuite je vais planifier la 2ème partie de saison avec l’équipe.
Le week end prochaine, je vais participer au “Chasing Cancellara” à Villars-sur-Ollo

Giro 10e à 15e étapes

©Gettysport

Les 2 premières étapes après la journée de repos, étaient complètement plates et très calmes. Tous les coureurs voulaient en garder sous la pédale pour la 2ème moitié de ce Giro. Ces 2 étapes se sont jouées au sprint. Nizzolo termine dans le top ten.
La 12ème était une bonne opportunité pour les échappées. J’ai pu prendre ” la bonne “. On était 25coureurs à l’avant. La seule difficulté était placée à 30km de l’arrivée un col de 9km à 9%. Mon groupe a explosé dans cette ascension. Je termine 17ème de l’étape. J’étais content d’être à l’avant mais j’espérais un meilleur résultat mais les sensations ne sont pas au top sur ce Giro.
Les 13ème et 14ème étapes étaient 2 grosses étapes de montagne, 4700 et 4000m de dénivelés. Les 2 journées se sont relativement bien passées. Je termine dans un groupetto autour de la 100ème place. Je sens que je ne suis pas au top de ma forme mais je tiens le coup sur ces étapes difficiles.
La 15ème étape était longue de 230km avec un final qui ressemble beaucoup au Tour de Lombardie. Après un départ très rapide seulement 2coureurs sont partis en échappée. Le peloton a roulé tranquille pendant une centaine de kilomètres et les échappés ont compté jusqu’à 15min d’avance. C’est l’équipe Michelton qui a accéléré à 120km de l’arrivée. La route était vallonnée et technique ce qui a créé des cassures dans le peloton. J’ai lâché du peloton à 50km de l’arrivée dans la Madonna del Ghisallo. Je termine 52ème avec des meilleures sensations que ces derniers jours.

Giro étape 5-9

Jusqu’à maintenant la météo n’est pas terrible sur ce Giro. La 5ème étape s’est entièrement déroulée sous la pluie. C’était une étape plate de 140km. Les organisateurs ont décidé de neutraliser les temps au premier passage sur la ligne à 10km de l’arrivée. C’était une bonne chose car la route était vraiment inondée à certains endroits.
Les étapes 6 et 7 étaient difficiles et propices au échappées. J’espérais pouvoir prendre “la bonne” mais malheureusement je suis pas encore à 100% certainement à cause de ce refroidissement.
La 8ème étape était la plus longue de ce Giro 239km. La première partie était plate au bord de mer et la 2ème partie plus vallonnée et technique avec quelques averses. Notre sprinter termine 9ème. Pour ma part, je termine à 2min après avoir travaillé pour le leader de l’équipe.
Un contre-la-montre de 34km était au menu de la 9ème étape. 22km à plat et une ascencsion de 12km jusqu’à Saint Marin. J’ai fait la 2ème partie de course sous la pluie mais je m’en sors bien. Certains coureurs ont tout fait sur routes mouillées.
Nous sommes enfin à la première journée de repos. Ça va nous permettre de récupérer après toutes ces longues étapes. Vanessa et les enfants m’ont rejoint pour 2jours. C’est parfait pour faire le plein d’énergie.

GIRO étapes 1-4

Photo @Gettysport

La préparation pour le Giro n’a pas été idéale. Je suis tombé malade durant la fin du Tour de Romandie et j’étais sous antibiotiques avant le début du Giro. Je toussais encore un peu lors des premières étapes mais maintenant je suis presque à 100%. Mais c’était une semaine compliquée et je n’ai pas commencé avec les meilleures sensations.

La 1ère étape était un contre la montre à Bologne avec une montée de 2km à 10%. Je termine loin.
Le début de la 2ème étape s’est déroulé sous la pluie. Heureusement, le temps s’est amélioré pour la 2ème partie de la course. Nous sommes arrivés au sprint malheureusement notre sprinter a crevé à 10km de l’arrivée et n’a pas pu revenir.
La 3ème étape a été marquée par le vent mais il n’y a pas eu de bordure. Encore une arrivée au sprint et Nizzolo termine 5ème. Pour moi, je prends le rythme et les sensations s’améliorent gentiment.
La 4ème étape était très longue 235km. Nous avions beaucoup de vent de face et la moyenne était de moins de 30km/h après 2h de course. C’était une longue journée ! Le final était vallonné et dangereux. Il y a eu une grosse chute à 5km de l’arrivée. J’ai pu l éviter mais le leader de l’équipe, Ben O’connor a cassé son vélo. Je lui ai donné le mien pour qu’il puisse répartir rapidement